Gaston-Bachelard-le-dormeur-veill-15-vie-et-oeuvre

La philosophie avec Raphaël Enthoven

https://blog.franceculture.fr/raphael-enthoven/vie-et-oeuvre-1/

Invité : Jean-Philippe Pierron (professeur de philosophie – Lyon III)

Bachelard se fait autant l’adversaire bienveillant de ceux qui regardent le monde tel qu’ils sont, – et cèdent à une conception naïve et magique du réel – que de ceux qui font abstraction de leurs émotions comme du monde sensible, pour en saisir la vérité parfaite. Loin de s’installer dans une opposition confortable entre la science et la poésie, Bachelard prend le risque de « les unir comme deux contraires bien faits ». Pour bien connaître la nature, il faut l’avoir admirée. C’est alors, estime-t-il, qu’on peut avoir la patience d’en découvrir les secrets. Aucune erreur ne mérite l’anathème, l’illusion est plutôt de penser qu’il faut se passer d’illusions pour commencer à penser. « Ah ! regrette-t-il, comme les philosophes s’instruiraient, s’ils consentaient à lire les poètes ! »