AthosAthos / N

There are no people in AthosAthos’s collective.

Huffduffed (613)

  1. « Le Gai Savoir », Nietzsche

    La philosophie avec Raphaël Enthoven

    https://blog.franceculture.fr/raphael-enthoven/le-gai-savoir-nietzsche/

    La philosophie n’est pas une mode. La philosophie est une nécessité. Les problèmes qu’elle se pose ne sont pas les problèmes d’aujourd’hui, mais les problèmes de toujours. L’émission se focalise, cette semaine, par le livre qui lui donne son titre autant que sa raison d’être : Le Gai Savoir de Nietzsche, un ouvrage merveilleux qui réussit le tour de force insensé de rendre son lecteur heureux, sans jamais rien lui cacher d’un monde qui n’est pas là pour lui faire plaisir.

    1. Aphorismes 125 et 108 : l’insensé et l’ombre de Dieu.
    2. § 357 : la religion comme engendrement de la science.
    3. La généalogie de l’erreur chez Nietzsche.
    4. Aphorisme 14 : tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur… l’amour.
    5. L’éternel retour.
    6. L’éloge de la douleur chez Nietzsche.
    7. Le Gai Savoir où l’aptitude à regarder le monde séparemment du besoin qu’on en a.

    —Huffduffed by AthosAthos

  2. De l’interprétation des rêves (2)

    La philosophie avec Raphaël Enthoven

    https://blog.franceculture.fr/raphael-enthoven/de-linterpretation-des-reves-2/

    L’interprétation des rêves est-elle une « science des rêves » ? Comment interpréter un rêve sans le réduire à l’intention qui lui donne jour ?

    —Huffduffed by AthosAthos

  3. Malaise dans le malaise ? (3)

    La philosophie avec Raphaël Enthoven

    https://blog.franceculture.fr/raphael-enthoven/malaise-dans-le-malaise-3/

    Lecture et commentaire du Malaise dans la civilisation avec Michel Plon.

    —Huffduffed by AthosAthos

  4. Moïse et Léonard (4)

    La philosophie avec Raphaël Enthoven

    https://blog.franceculture.fr/raphael-enthoven/moise-et-leonard-4/

    Lecture et commentaire de L’Homme Moïse et la religion monothéiste (1939) et de Un souvenir d’enfance de Léonard De Vinci (1910), avec Paul Denis.

    —Huffduffed by AthosAthos

  5. La Mort et le plaisir (5)

    La philosophie avec Raphaël Enthoven

    https://blog.franceculture.fr/raphael-enthoven/la-mort-et-le-plaisir-5/

    Retour sur les paradoxes du sombre Au-delà du principe de plaisir avec Paul-Laurent Assoun.

    —Huffduffed by AthosAthos

  6. Hume et les passions (2)

    La philosophie avec Raphaël Enthoven

    https://blog.franceculture.fr/raphael-enthoven/hume-et-les-passions-2/

    De tous les effets immédiats de la souffrance et du plaisir, il n’y en a pas de plus remarquable que la volonté […]. Je voudrais que l’on puisse noter que par volonté, je n’entends rien d’autre que l’impression interne que nous sentons et dont nous sommes conscients, lorsque nous suscitons sciemment un nouveau mouvement de notre corps ou une nouvelle perception de notre esprit.

    Hume, Traité de la nature humaine, livre II.

    1. L’efficacité du pouvoir de la raison… relative selon les textes de Hume.
    2. Pas d’autonomie de la raison par rapport à des actes de passion.
    3. La question du pyrrhonisme est le fondement des facultés, celle du scepticisme humien leur usage.
    4. La sympathie : opérateur polémique chez Hume.
    5. La religion révélée et la religion naturelle.
    6. Confusion de l’ordre et du dessein.

    —Huffduffed by AthosAthos

  7. Hume et la morale (3)

    La philosophie avec Raphaël Enthoven

    https://blog.franceculture.fr/raphael-enthoven/hume-et-la-morale-3/

    Ainsi, le cours de notre argumentation nous conduit à conclure que, puisque le vice et la vertu ne peuvent être découverts uniquement par la raison ou la comparaison d’idées, ce doit être grâce à une impression ou à un sentiment qu’ils suscitent que nous sommes capables de faire la différence entre eux. […] Il est plus exact de dire, par conséquent, que la moralité est plus sentie que jugée, bien que cette impression ou ce sentiment soient généralement si légers et si discrets que nous sommes susceptibles de les confondre avec une idée.

    Hume, Traité de la nature humaine, livre III.

    1. Le sens moral, comme la raison, fait partie des passions calmes.
    2. Les catégories du vice et celles de la vertu.
    3. Le contrat remplacé par la convention avec l’idée d’un intérêt commun.
    4. Les vertus naturelles / les vertus artificielles.
    5. Enracinement de la justice dans la sexualité et dans la famille.

    —Huffduffed by AthosAthos

  8. Hume et l’identité, Hume et le moi (4)

    La philosophie avec Raphaël Enthoven

    https://blog.franceculture.fr/raphael-enthoven/hume-et-lidentite-hume-et-le-moi-4/

    Il est des philosophes qui imaginent que nous sommes à chaque instant intimement conscients de ce que nous appelons notre MOI, que nous en sentons l’existence et la continuité d’existence, et que nous sommes certains, avec une évidence qui dépasse celle d’une démonstration, de son identité et de sa simplicité parfaites. […] Pour moi, quand je pénètre le plus intimement dans ce que j’appelle moi-même, je tombe toujours sur une perception particulière ou sur une autre, de chaleur ou de froid, de lumière ou d’ombre, d’amour ou de haine, de douleur ou de plaisir. Je ne parviens jamais, à aucun moment, à me saisir moi-même sans une perception et je ne peux jamais rien observer d’autre que la perception.

    Hume, Traité de la nature humaine, livre I.

    1. L’identité : pure construction fictive.
    2. "La mémoire ne produit pas tant qu’elle ne découvre l’identité personnelle".
    3. Le scepticisme dans la position du généalogiste.
    4. Pas de corps dans la philosophie de Hume, que de l’esprit.
    5. Du pragmatisme avant la lettre chez Hume.
    6. Le 11 septembre : évènement traumatisant constamment présentifié.

    —Huffduffed by AthosAthos

  9. Les Ecrits esthétiques de Hume : la norme du goût et la délicatesse (5)

    La philosophie avec Raphaël Enthoven

    https://blog.franceculture.fr/raphael-enthoven/les-ecrits-esthetiques-de-hume-la-norme-du-gout-et-la-delicatesse-5/

    Une cause évidente de ce que beaucoup ne parviennent pas à ressentir le véritable sentiment de la beauté est le manque de cette délicatesse d’imagination qui est requise pour prendre conscience de ces émotions fines. A cette délicatesse, tous prétendent: chacun en parle et réduirait volontiers toute espèce de goût ou de sentiment à sa propre norme.

    Hume, De la norme du goût.

    1. Tension entre l’ambition de construire une norme du goût et la constation de la diversité des goûts.
    2. Le goût comme sentiment privé et en même temps universalité du jugement du goût.
    3. Se rendre disponible à l’oeuvre d’art.
    4. Le savoir se constitue dans l’expérience.
    5. La philosophie humienne ne sombre pas dans le subjectivisme mais retrouve le réel.
    6. La délicatesse permet d’accéder à la norme de la beauté.
    7. Introduire de la générosité dans le rapport au sensible.

    —Huffduffed by AthosAthos

  10. Albert Camus (1)

    La philosophie avec Raphaël Enthoven

    https://blog.franceculture.fr/raphael-enthoven/albert-camus-1/

    L’absurde, c’est la raison lucide qui constate ses limites.

    Albert Camus, Le Mythe de Sisyphe.

    —Huffduffed by AthosAthos

Page 1 of 62Older